14

Déficit de sécurité à l’international

FORT LAUDERDALE – La période estivale nous permet généralement de faire une pause, loin des risques et inquiétudes que soulève notre vie quotidienne, ainsi que de faire le point sur le contexte du moment et sur les orientations futures. Cet exercice se révèle néanmoins de plus en plus difficile, dans la mesure où notre existence au quotidien se fait de plus en plus menaçante et préoccupante.

Le débat mené au lendemain de la crise financière de 2008 s’est principalement axé sur ces menaces ou entraves pour la croissance que représentaient les déséquilibres économiques. Ces problématiques demeurent à ce jour non résolues. Les performances économiques étonnamment faibles des États-Unis au premier trimestre laissent par exemple les observateurs dans la confusion et l’incertitude quant à la trajectoire future du pays.

Or, et dans une mesure croissante, l’insécurité politique, les conflits potentiels, et la détérioration des relations internationales soulèvent une plus grande menace pour le développement économique que celle qu’avait prévue le débat d’avant-crise.

Le continent asiatique, région aux performances de croissance exceptionnelles avant la crise, est désormais confronté à des tensions croissantes, qui y menacent le commerce et la croissance. La reprise relativement fragile du Japon pourrait bien dérailler face à l’escalade de ses conflits territoriaux auprès de la Chine, qui représente non seulement un marché colossal pour les marchandises japonaises, mais se trouve également profondément intégré aux chaînes d’approvisionnement des entreprises japonaises.