Un remède hollandais pour le mal hollandais

STANFORD – Bien trop rares sont les gouvernements prêts à réguler un État providence pléthorique avant que survienne la catastrophe. En conséquence, certains citoyens finissent par être victimes de l’équivalent économique d’une crise cardiaque : un déclin déchirant de leur niveau de vie quand des programmes non viables agonisent. La Grèce et la ville de Detroit en sont les tristes exemples les plus récents.

Un nombre plus élevé de citoyens souffre d’une croissance anémique et de revenus qui progressent à peine à cause de la combinaison toxique de dépenses publiques excessives, de réglementations pesantes et d’une fiscalité préjudiciable. Une grande partie de l’Europe entre dans cette catégorie de stagnation économique.

Il arrive toutefois que certains gouvernements parviennent à corriger ces dysfonctionnements propres à l’État providence. Le Canada a réduit les dépenses publiques de plus de 8 pour cent du PIB dans les années 1990 et les Etats-Unis ont réduit les dépenses non militaires de 5 pour cent du PIB à partir du milieu des années 1980 – un cap maintenu à la fois par les gouvernements de centre-droit et de centre-gauche.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/cAgxg1P/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.