La prochaine révolution mexicaine

Même s’il faudra des jours ou peut-être des semaines avant de connaître l’issue des élections présidentielles mexicaines qui sont sur le fil en ce moment, il semble presque certain que le candidat libéral de droite Felipe Calderón sera le prochain président. Il n’a peut-être pas remporté la victoire avec plus d’un point de pourcentage, et avec 36% des voix, difficile de parler de mandat du peuple. Ses opposants contesteront les résultats dans la rue, dans les tribunaux et dans l’arène politique, et il devra faire face à une opposition forte, bien que divisée, au Congrès. Pourtant, il vaut mieux gagner que perdre et le Mexique est mieux loti aujourd’hui qu’il ne l’était hier, lorsque beaucoup pensaient encore que le candidat populiste de gauche, Andrés Manuel López Obrador, allait recueillir une majorité de suffrage.

Calderón, c’est la continuité, c’est sans doute ce qui lui vaut la victoire, et c’est ce dont a besoin le Mexique.

Finalement, les électeurs mexicains n’ont pas mordu à l’hameçon de López Obrador. Ses arguments étaient simples : le Mexique est aujourd’hui un cas désespéré, fichons dehors les canailles responsables de ce chaos et remplaçons-les par des dirigeants qui représenteront et aideront les pauvres, soit encore la moitié de la population du pays.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Bh1pJTU/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.