0

Medellin déménage en Afrique

Un pays inhabituel ne cesse d’apparaître dans les rapports de presse sur le trafic de drogue : la Guinée-Bissau. Ce pays de l’Ouest africain de 1,5 million d’habitants est l’un des plus pauvres du monde. Ses principales exportations ? Noix de cajou, crevettes et cocaïne. De la cocaïne, dans un pays où ne pousse pas d’arbre à coca? Hé oui.

Plus de quatre tonnes de cocaïnes ont été saisies en Afrique de l’Ouest cette année, une augmentation de 35% par rapport à la totalité des prises de 2006. On saisit aussi de la drogue dans les eaux internationales au large du Golfe de Guinée.

La situation géographique de cette région explique en partie pourquoi elle est en passe de devenir une plateforme majeure du trafic de drogue. L’Afrique de l’Ouest est idéalement située entre l’Amérique du Sud et les marchés européens de la cocaïne. De grosses cargaisons sont cachées à bord de bateaux de pêcheurs et de cargos, puis réparties en plus petites charges à bord d’embarcations rapides à destination des côtes espagnoles ou marocaines.

En outre, les États fragiles d’Afrique sont des substituts faciles aux itinéraires traditionnels pour la cocaïne en Amérique centrale et les Caraïbes, qui sont bloquées. De nombreux pays de la région sont incapables de contrôler leur propre territoire et de rendre la justice, et sont accablés par la corruption.