Bloomberg/Getty Images

Mesurer la valeur de la gratuité

LONDRES – Les statistiques économiques fiables constitue un bien public précieux. Elles sont indispensables à l’efficacité de l’élaboration des politiques, à la planification des activités, ainsi qu’à la possibilité pour les électeurs de voir leurs responsables politiques rendre des comptes.

Or, les méthodes que nous employons pour évaluer nos économies se font de plus en plus obsolètes. Les habitudes statistiques sur lesquelles nous fondons nos estimations remontent à un demi-siècle, époque à laquelle l’économie produisait un ensemble de biens physiques relativement similaires. L’économie d’aujourd’hui est radicalement différente, et ne cesse d’évoluer à un rythme effréné – en raison des innovations technologiques, de l’augmentation de la valeur d’actifs incorporels basés sur la connaissance, ainsi que de l’internationalisation de l’activité économique.

Face à cette problématique, le chancelier de l’Échiquier britannique George Osborne m’a demandé il y a dix mois d’évaluer les besoins actuels et futurs du Royaume-Uni en matière de statistiques. Bien que mes recherches se soient concentrées sur le Royaume-Uni, la difficulté consistant à produire des statistiques pertinentes de qualité se retrouve dans de nombreux pays.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/XrZTULM/fr;