10

La hijra pervertie par l’État islamique

LONDRES – Au cours des dernières décennies, le terme arabe djihad – autrefois utilisé pour décrire le devoir de tous les musulmans consistant à se comporter conformément à leur foi – est devenu massivement associé à la conduite d’une guerre violente contre les non croyants. Voici désormais qu’avec la montée en puissance de l’État islamique, une autre expression se trouve refaçonnée en direction d’une entrée au lexique de la violence extrémiste : la hijra.

Comme dans le cas du djihad, il ne s’agit pas simplement d’un détournement sémantique, dans la mesure où les implications dans le monde réel s’avèrent extrêmement alarmante. En conférant une nature belliciste au concept de hijra, qui traditionnellement fait référence à une migration pacifique des musulmans en direction de terres leur permettant de se libérer des persécutions, les initiateurs de ce détournement ont créé un puissant outil de radicalisation et d’embrigadement de musulmans aux quatre coins du monde, y compris aux États-Unis et en Europe.

La hijra est associée à l’islam en ce qu’elle puise ses origines dans le départ du prophète Mahomet depuis La Mecque vers Médine en l’an 622, qui lui permit d’échapper à l’assassinat et de préserver sa communauté. À l’époque, Mahomet et ses fidèles savent qu’aussi longtemps qu’ils resteront à La Mecque, ils seront persécutés par les non musulmans, et que leur vie elle-même sera en danger. Ainsi, par un acte de hijra – c’est-à-dire de migration – le prophète quitte la ville qui l’a vu naître. L’islam pourra ainsi constituer une base stable, dans la mesure où les musulmans de Médine pourront vivre librement leur religion, selon ce que leur dicte leur foi.

Bien que la hijra de Mahomet ne soit pas racontée dans le Coran, le livre sacré se structure autour de cet événement, l’ouvrage étant divisé entre d’une part les révélations vécues à La Mecque et d’autre part celles connues à Médine. L’année au cours de laquelle Mahomet accomplit sa hijra deviendra également la première année du calendrier islamique. De même, à mesure de la propagation de l’islam, ce terme viendra décrire non seulement le départ de Mahomet vers Médine, mais plus généralement l’obligation pour tous les musulmans consistant à émigrer vers des terres musulmanes afin de vivre pleinement leur foi.