0

Maximiser les objectifs de développement minimaux

PARIS – Avec seulement un sixième des 780 milliards d’euros de garanties engagées par le Fonds européen de stabilité financière (approx. 979 milliards de dollars), la vie des populations les plus pauvres de la planète pourrait être considérablement améliorée. La communauté internationale n'est pas prête à faire un tel pas, mais il est clair qu'en engageant certaines ressources, la pauvreté extrême pourrait être efficacement adressée dans le monde entier.

Selon le rapport publié cet été par les Nations Unies, la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) – l'agenda mondial défini en 2000 pour améliorer les conditions de vie des populations les plus pauvres d'ici 2015 – sera un défi, mais est à portée de main. Ceci ne doit pas nous surprendre car les OMD – que ses détracteurs ont appelés les Minimal Development Goals (« Objectifs minimaux de développement ») – ont été délibérément fondés sur les tendances mondiales afin de les rendre accessibles.

En effet, malgré la crise financière mondiale, qui a amené beaucoup d’observateurs à douter que le monde soit toujours en mesure d'atteindre les OMD, ces objectifs restent réalisables – mais uniquement avec la bonne combinaison de politiques fortes et de ressources financières supplémentaires. Une étude menée par le Centre de développement de l'OCDE conclut que les réformes politiques en faveur des pauvres sont la bonne approche et estime qu'un montant supplémentaire de 120 milliards de dollars par an serait suffisant pour atteindre les objectifs de développement.

Bon nombre des meilleurs et des plus brillants professionnels dans le domaine du développement sont en train de plancher sur le cadre général qui remplacera le mandat actuel des OMD à compter de 2015. Mais les efforts pour appuyer les populations les plus pauvres du monde ne doivent pas être laissés en suspens alors que la communauté internationale attend ses nouveaux ordres de marche. Le succès à long terme exige que les lacunes actuelles du financement et des politiques soient confrontées sans délai.