1

Les objectifs de croissance du Brésil

RIO DE JANEIRO – C'est parti ! Le Brésil va dérouler le tapis rouge aux amateurs de sport du monde entier. Dès que l'agitation autour du football va retomber après la finale FIFA de la Coupe du Monde en juillet, le pays va reprendre ses préparatifs pour accueillir les Jeux Olympiques d'été de 2016.

Mais au moment même où le Brésil fait son entrée sur la scène internationale, il conserve des obstacles considérables à l'économie mondiale, qui mettent à mal ses perspectives de croissance et sa prospérité futures. Dans un monde de plus en plus interconnecté, le Brésil risque d'être laissé pour compte.

Le Brésil est parvenu au rang de la septième plus grande économie du monde, propulsée par un boom des matières premières, un dividende démographique et une consommation en hausse. Pourtant, il se classe 95ème pour son PIB par habitant. Cette disparité peut s'expliquer au moins en partie par sa 43ème place en termes de « connectivité » en ce qui concerne les flux de marchandises, de services, de finance, de personnes et de données de communications.

Se couper des effets vivifiants de la concurrence mondiale sape les élans dont le Brésil a tant besoin, ce qui a de graves conséquences sur les ménages, dont la plupart n'ont connu qu'une modeste croissance des revenus ces dernières années. Alors que le Brésil a réduit de moitié son taux officiel de pauvreté depuis 2003, les prix prohibitifs des biens de consommation et les prix astronomiques des taux d'intérêt des cartes de crédit (de 145% en moyenne) ont empêché beaucoup de ceux qui ont échappé à la pauvreté de parvenir au niveau de vie de la classe moyenne.