Baltimore Streetcar Museum Alexander Rabb/Flickr

La solution au problème des infrastructures

TORONTO – Selon la déclaration de février 2013 de Madeleine Albright, « les infrastructures, par définition, sont essentielles à la bonne marche des sociétés ». Et pourtant on pourrait dire d’elles qu’elles ont été la grande question économique oubliée du XXIe siècle. En fait, le manque d’investissement dans des infrastructures adéquates empêche bon nombre de pays de pouvoir stimuler suffisamment la croissance économique et l’emploi.

Même si le débat portant sur les tendances des infrastructures aborde souvent le besoin de plus de fonds et de plus de financement créatif, le véritable problème ne réside pas vraiment dans le manque de fonds. En fait, les immobilisations se détériorent plutôt en raison d’une démarche fragmentaire de la planification, du financement, de la prestation et du fonctionnement des infrastructures qui mettent l’accent sur les coûts, la catégorie des actifs et l’emplacement géographique.

Il devient de plus en plus prioritaire pour ceux qui sont en mesure de faire changer les choses, à savoir les dirigeants d’entreprises et les responsables politiques, de mettre au point une nouvelle démarche fondée sur une perspective élargie et systémique. C’est justement ce que vise l’Initiative sur les infrastructures mondiales de McKinsey qui a tenu sa deuxième réunion à Rio de Janeiro le mois dernier, dans le but de promouvoir des solutions pratiques à l’échelle mondiale qui relèvera la productivité et l’efficacité de toutes les facettes des infrastructures.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/eXj10Zq/fr;