2

Le problème de l'espionnage à Silicon Valley

DAVIS, Californie – Dans une récente lettre au président des États-Unis Barack Obama, John Chambers, PDG de Cisco Systems, a demandé à ce que la National Security Agency cesse d'intercepter les produits de la société dans le but d'y installer des dispositifs d'espionnage sur ses clients étrangers. C'est la dernière révélation en date sur la manière dont les entreprises d'informatique aux États-Unis ont été enrôlées sciemment ou non dans la « guerre contre le terrorisme ». Ces révélations menacent la domination mondiale du secteur de l'informatique par les États-Unis.

Depuis la découverte de l'ampleur des écoutes d'Internet par la NSA, plusieurs gouvernements et grandes entreprises en dehors des États-Unis s'interrogent sur la capacité des entreprises informatiques américaines à garantir la sécurité de leurs produits. La position centrale des États-Unis dans l'économie de l'information dans le monde, qui semblait solide il y a tout juste deux ans, est à présent menacée : un fait qui devrait soulever de graves préoccupations chez tous les entrepreneurs, dirigeants, employés et capital-risqueurs dans l'industrie américaine.

Les événements ont pris une tournure pour le moins ironique, c'est le moins que l'on puisse dire. La direction mondiale américaine du secteur informatique, après tout, peut être attribuée directement à son appareil de sécurité nationale. Après la Seconde Guerre mondiale, en particulier après le lancement par l'Union soviétique du satellite Spoutnik en 1957, les États-Unis ont investi massivement dans le secteur du génie électrique et plus tard, dans l'informatique.

La pratique des marchés sur dépenses contrôlées a permis alors à de petites entreprises technologiques comme Hewlett-Packard et Fairchild Semiconductor de faire payer la facture de la recherche et du développement au Ministère de la Défense. Aucune entreprise n'aurait pu alors assumer ces coûts par ses propres moyens. Cela a permis aux entreprises de créer des produits technologiques, ce qui a débouché sur la création de marchés et de secteurs économiques entièrement nouveaux.