Mao, le faux dieu

Doit-on conserver l’énorme portrait du président Mao suspendu au-dessus du portail d’entrée de la place Tienanmen ? Le parti au pouvoir en Chine peut-il continuer de s’appeler communiste ?

Ce sont là des questions épineuses. Tant que les leaders chinois ne répondront pas à ces deux questions d’un simple Non, ils continueront d’avoir du sang sur les mains et une légitimité entachée. Nombreux sont les Chinois qui n’acceptent pas la loi communiste précisément parce que le Parti communiste renie son passé et ne s’est pas repenti de sa cruauté.

C’est la raison pour laquelle la majeure partie de la population taiwanaise veut obtenir son indépendance et renient même leur appartenance chinoise. Les communistes chinois insistent sur le fait qu’être chinois implique l’acceptation de la réalité politique de la souveraineté unique du communisme. En fait, de nombreux Taiwanais pensent que si être chinois implique l’acceptation de tout ce qui leur est présenté sous le nom de Mao et du Parti communiste chinois, alors ils sont prêts à renier leur qualité de chinois, l’auto-abnégation semblant préférable à l’acceptation de prendre part à cette honte.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/fW9BrAN/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.