Gérer les risques pour secourir les pauvres

Les ministres des finances des pays du G8 ont accepté l’annulation de 40 milliards USD de dettes dus par dix-huit des pays les plus pauvres au monde. C’est le triomphe du bon sens. Mais cette annulation de la dette, portée à 238 USD par personne dans ces dix-huit pays, ne suffira pas à elle seule à soulager la misère de ces populations pauvres.

Heureusement, d’autres efforts viendront compléter la générosité accrue des pays développés. Le plus remarquable est un mouvement significatif vers l’offre de service de gestion du risque précisément axé sur la pauvreté, qui pourrait éventuellement se montrer bien plus valable que ces 40 milliards USD.

On tend à croire que les nouveaux produits de gestion du risque, tels que de nouveaux types d’assurance ou des produits financiers dérivés, s’adressent principalement aux riches ou du moins aux populations aisées. En fait, les nouveaux produits de gestion du risque sont actuellement développés pour certains des peuples les plus pauvres d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/otVTMhJ/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.