L’opposition renaît en Malaisie

Lors des récentes élections législatives en Malaisie, les partis d’opposition ont obtenu leurs meilleurs résultats depuis l’indépendance de l’ancienne colonie britannique en 1957, réduisant la coalition de la majorité parlementaire à moins du deux-tiers des sièges. Le chemin que suivra le pays après ce renouveau démocratique repose essentiellement sur les épaules d’un seul homme, Anwar Ibrahim, l’ancien vice-Premier ministre, limogé par l’ancien Premier ministre Mahathir Mohamad et ensuite emprisonné.

L’occasion est enfin donnée à Anwar de présenter un contrepoids crédible à la coalition au pouvoir du Barisan Nasional (BN, Front national), même s’il sait que cette nouvelle conjoncture ne lui donnera pas nécessairement les rênes du gouvernement. Personne ne s’attend vraiment à ce que l’opposition remporte suffisamment de sièges pour former un gouvernement dans un avenir proche. Mais il peut se permettre d’être à nouveau courtisé par son ancien parti, l’organisation nationale pour l’unité malaise (UMNO), la principale composante de la coalition gouvernementale. 

Il semble acquis que l’UMNO ait tenu des discussions avec Anwar avant ces élections. Aujourd’hui plus que jamais, il souhaite qu’Anwar rétablisse sa crédibilité. Et pour devenir Premier ministre, Anwar a besoin de l’UMNO.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/tDq3mez/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.