malaria treatment Ghana Shaul Schwarz/Getty Images

Un plan mondial pour mettre fin au paludisme

ABU DHABI – Personne ne devrait mourir d’une maladie évitable. Pourtant les maladies évitables fauchent les vies de deux millions d’enfants chaque année, beaucoup d’entre eux étant trop démunis pour obtenir un traitement adéquat. La majorité de ces décès auraient pu être traités ou évités en premier lieu.

Le paludisme, une maladie létale transmise par les moustiques, est l’un de ces maux. Il y a moins d’un siècle, les familles de toutes les régions — y compris en Amérique du Nord et en Europe — craignaient la moindre piqûre de moustique. Le paludisme a fauché les vies des enfants et des adultes ; mais cette maladie a aussi perpétué la pauvreté et limité la croissance économique mondiale, empêchant des millions de personnes de réaliser tout leur potentiel.

Aujourd’hui, plus de 30 pays ont éliminé le parasite du paludisme et au moins dix autres sont sur le point d’y parvenir d’ici 2020. Malgré cela, le paludisme demeure une cause première de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans en Afrique subsaharienne, un enfant mourant toutes les deux minutes. Le paludisme fait également porter des coûts énormes à l’économie de l’Afrique, près de 12 milliards $ par an.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/l2GGRVv/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.