Rendre l'ONU digne de la démocratie

La guerre en Irak a soulevé sans ambages la question de l'ordre international, en particulier celle du rôle de l'ONU. Beaucoup considèrent le rôle de l'ONU en tant que garant de la loi et de la légitimité internationales comme allant de soi et affirment désormais que son envergure, sapée par l'invasion menée par les Etats-Unis, doit rapidement être rétablie pour assurer le règne de la loi au niveau international.

Mais pour constituer un véritable lieu de légitimité internationale, l'ONU doit changer et devenir une organisation solide dans son fonctionnement (sans les retards, vetos, indécisions et réticences sans fin actuelles) afin que ses décisions soient respectées.

L'ONU, à sa création, était composé d'une communauté de nations dédiées à sauvegarder et à promouvoir les valeurs qui se tenaient au coeur de la lutte contre le nazisme et le fascisme. A l'origine, avec seulement 50 signataires de sa Charte, l'ONU constituait un club de pays relativement exclusif. En effet, l'Article 53 de la Charte définissait les anciens pays fascistes de l'Axe comme des « états ennemis » de l'ONU, de sorte que l'Italie a dû patienter jusqu'en 1955 pour en devenir membre, le Japon ne l'a rejoint qu'en 1956 et l'Allemagne en 1973.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/5hNhd4h/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.