0

Rejoindre l'euro

L'élargissement à venir de l'Union européenne en mai est le centre d'attention non seulement des gouvernements des pays qui vont entrer dans l'Union mais aussi de leurs banques centrales. Dès leur accession, elles vont devenir membres de la Banque centrale européenne, ce qui implique que les nouveaux membres doivent prendre des mesures actives pour remplir les conditions nécessaires à leur futur admission dans la zone euro.

Même si, à proprement parler, l'élargissement à l'euro ne se fera que dans un futur relativement distant - au plus tôt en janvier 2007 - les pays adhérents doivent préparer leur stratégies d'entrée bien en avance. C'est pourquoi, dans la plupart de ces pays, l'an dernier, les banques centrales et les gouvernements ont accéléré leur coopération pour définir des positions communes sur l'adoption de l'euro.

De même, l'Union européenne a connu des débats intenses qui ont culminé avec l'adoption de la Position de principe du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne concernant les questions de taux de change relatives aux pays adhérents . La Position de principe exprimait la position du Conseil des gouverneurs de la BCE sur leur participation à un mécanisme de change européen (MCE II), condition sine qua non de leur future entrée dans la zone euro.

Les débats furent enflammés. Les pays adhérents devaient décider du meilleur timing pour l'élargissement de la zone euro : une tâche difficile parce que la théorie économique n'apporte aucune réponses claires dans ce domaine et parce que plusieurs pays adhérents se débattent avec des déficits fiscaux bien supérieurs au plafond de 3 % du PIB fixé par le Traité de Maastricht.