0

L'ONU doit être au service de la liberté !

Pour mon pays, la Suède, l'ONU était jusqu'à présent une vache sacrée. Mais aujourd'hui, beaucoup de Suédois, comme beaucoup d'autres peuples dans le monde, considèrent l'ONU d'un autre œil. Trois scandales expliquent ce revirement.

Il y a d'abord eu ce qui est sans doute le génocide le plus rapide jamais perpétré, le massacre de plus de 800.000 personnes au Rwanda en moins de 100 jours en 1994. Il est clairement établi que Kofi Annan qui était alors vice-secrétaire général de l'ONU a interdit aux forces de l'ONU d'intervenir pour protéger les victimes. Qu'il ait ensuite pu être nommé secrétaire-général de l'ONU malgré un échec de cette ampleur reste un mystère.

Les questions que cela pose sur l'ONU et sur Kofi Annan lui-même sont confortées par le scandale en cours lié au programme Pétrole contre nourriture de l'ONU. Même si à ce jour Kofi Annan n'a pas été impliqué directement, ses erreurs de gestion sont évidentes.

Le troisième scandale est peut-être le plus désespérant, car il touche le défaut structurel et permanent de justice et d'éthique a l'intérieur même des principaux organes de l'ONU, notamment la Commission des droits de l'homme. On croit souvent que cette Commission a pour fonction de défendre les droits de l'homme et les libertés démocratiques, mais certains des pires violateurs des droits de l'homme en font partie. Ces dictatures ennemies de la liberté se tiennent cois sur la torture, l'oppression et les massacres perpétrés par les autres dictatures, mais elles sont toujours prêtes à s'élever contre les démocraties, en particulier les Etats-Unis.