Les obligations-diaspora

WASHINGTON, DC – Les objectifs prévus à l’ordre du jour post-2015 du développement ne peuvent être atteints sans des programmes forts et des financements appropriés. L’assistance officielle au développement se monte à environ 130 milliards de dollars par an ; même si les investissements étrangers directs et les investissements de portfolio peuvent aider les économies pauvres, des ressources additionnelles doivent être trouvées pour le développement.

L’une des ressources sous-exploitées est le financement en provenance de la diaspora – c’est-à-dire, les versements et l’épargne des nationaux qui travaillent à l’étranger et renvoyés à destination de la famille et des amis. Le défi est donc de canaliser efficacement ces revenus.   

Il y a plus de 230 millions de migrants internationaux dans le monde, ce qui représente plus que la population du cinquième pays le plus peuplé au monde, le Brésil. Leurs revenus, estimés à 2600 milliards de dollars, dépassent le PIB de la Grande Bretagne, la sixième économie mondiale. Pour une grande part, ils sont taxés ou dépensés dans les pays d’accueil. Mais si l’on prend un taux d’épargne à 20% (proche du taux moyen dans les pays en développement), cela signifie une épargne totale annuelle de la diaspora de plus de 500 milliards de dollars.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/DT11PVL/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.