5

Macron le franc-tireur

WASHINGTON, DC – Marine Le Pen, leader du parti d’extrême-droite français Front National, pourrait être un membre fondateur de ce que Scott Malcomson, Senior Fellow du think tank New America, appelle « l'Internationale nationaliste ». Mais elle n’est pas le seul « franc-tireur » qui se place haut dans les sondages en vue de l'élection présidentielle de son pays qui aura lieu ce printemps.

Emmanuel Macron est aussi un candidat anticonformiste, mais d'un type très différent. Après avoir été ministre de l'Economie, de l'Industrie et des Affaires numériques sous le président français François Hollande, il a lancé son propre mouvement politique, En Marche!, et s’est lancé dans la présidentielle en tant que candidat indépendant. Macron a seulement 39 ans et n'a jamais été un homme politique de parti. Il y a à peine trois mois, peu d'observateurs lui donnaient une chance. Mais il a rapidement réuni une équipe solide et a rallié le soutien des jeunes électeurs.

Les sondages lui donnent un soutien d’environ 20% pour le premier tour de l'élection en avril. Cela semble insuffisant pour passer au second tour de l'élection en mai, quand les deux premiers candidats seront confrontés pour déterminer le gagnant.

Les favoris pour le premier tour sont depuis longtemps Le Pen, en vol stationnaire à environ 27% dans les sondages, et François Fillon, qui a été Premier ministre sous l'ancien président Nicolas Sarkozy. Mais la candidature de Fillon est maintenant dans le doute, suite à des accusations indiquant qu'il aurait employé sa femme et ses enfants dans des positions fictives lorsqu’il était député à l'Assemblée nationale. Pendant ce temps, le candidat de gauche Benoît Hamon a fait un bond dans les sondages depuis sa victoire à la primaire du Parti socialiste, et est maintenant proche de 20%.