Macron foreign policy Steffi Loos/Getty Images

Une doctrine Macron ?

PARIS – En ayant fait de Poutine son premier invité à Paris alors qu’il était probablement le candidat le moins désiré par le Kremlin, en ayant décidé d’inviter Trump à Paris pour le 14 juillet alors que ce dernier espérait la victoire de Marine Le Pen, Emmanuel Macron a symboliquement planté le décor de la nouvelle politique étrangère française : parler à tout le monde sans occulter la réalité des désaccords, rester ferme sur des principes sans négliger la possibilité de compromis nouveaux, profiter des retraits américains et britanniques pour redonner à la France une place centrale dans la diplomatie internationale, le tout sur fond d’ engagement européen.

Macron est convaincu d’une chose. Sans redressement économique la France ne pourra rien. C’est la leçon essentielle qu’il retire du quinquennat de son prédécesseur François Hollande. Parce que celui-ci s’est montré incapable de mener une politique cohérente de redressement, et s’est trouvé dans l’incapacité de changer le regard que le monde portait sur la France. Certes il y a eu le contre-exemple de l’intervention militaire au Mali. Mais c’est un exemple qui malheureusement est resté isolé. Sur le terrain européen qui demeure malgré tout le cœur de la politique française, Hollande n’a obtenu que peu de résultats tout simplement parce qu’il n’était pas assez fort et assez crédible sur le plan intérieur pour pouvoir agir et se fait respecter. Macron pourra-t-il modifier la donne ?

Il est bien évidemment trop tôt pour répondre de manière définitive à cette question. Mais on peut d’ores et déjà identifier un certain nombre d’atouts dont il dispose et dont avait été privé son prédécesseur : un indiscutable charisme, une capacité à tisser des liens personnels avec des dirigeants étrangers notamment parce qu’il maîtrise l’anglais, une connaissance assez grande des enjeux de la globalisation, une volonté de réforme sur le plan économique , enfin une amélioration sensible de la situation économique de la France et de l’Europe. À cela s’ajoute trois réalités internationales majeures qui redonnent un certain espace politique à la France : la forte convergence franco-allemande sur bon nombre de sujets de régulation mondiale, l’affaissement de la Grande-Bretagne qui va se trouver isolée, la politique erratique de Trump , autant d’éléments qui lui permettent de se présenter comme un champion du multilatéralisme tant au regard du commerce international que du changement climatique.  Naturellement la France n’a ni les moyens ni l’ambition de se substituer au leadership américain. Mais il existe une fenêtre pour exercer une influence prépondérante dans la régulation du système international à la fois en parlant à tout le monde et en faisant preuve d’une certaine créativité politique notamment au Conseil de Securité. De ce point de vue, la manière dont Macron aborde Poutine et Trump est assez illustrative de la démarche française.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/FyiZgXV/fr;

Handpicked to read next

  1. China corruption Isaac Lawrence/Getty Images

    The Next Battle in China’s War on Corruption

    • Chinese President Xi Jinping knows well the threat that corruption poses to the authority of the Communist Party of China and the state it controls. 
    • But moving beyond Xi's anti-corruption purge to build robust and lasting anti-graft institutions will not be easy, owing to enduring opportunities for bureaucratic capture.
  2. Italy unemployed demonstration SalvatoreEsposito/Barcroftimages / Barcroft Media via Getty Images

    Putting Europe’s Long-Term Unemployed Back to Work

    Across the European Union, millions of people who are willing and able to work have been unemployed for a year or longer, at great cost to social cohesion and political stability. If the EU is serious about stopping the rise of populism, it will need to do more to ensure that labor markets are working for everyone.

  3. Latin America market Federico Parra/Getty Images

    A Belt and Road for the Americas?

    In a time of global uncertainty, a vision of “made in the Americas” prosperity provides a unifying agenda for the continent. If implemented, the US could reassert its historical leadership among a group of countries that share its fundamental values, as well as an interest in inclusive economic growth and rising living standards.

  4. Startup office Mladlen Antonov/Getty Images

    How Best to Promote Research and Development

    Clearly, there is something appealing about a start-up-based innovation strategy: it feels democratic, accessible, and so California. But it is definitely not the only way to boost research and development, or even the main way, and it is certainly not the way most major innovations in the US came about during the twentieth century.

  5. Trump Trade speech Bill Pugliano/Getty Images .

    Preparing for the Trump Trade Wars

    In the first 11 months of his presidency, Donald Trump has failed to back up his words – or tweets – with action on a variety of fronts. But the rest of the world's governments, and particularly those in Asia and Europe, would be mistaken to assume that he won't follow through on his promised "America First" trade agenda.