Lula dans l'ombre de Chávez

Nombreux sont ceux qui à Wall Street, au Département d'État américain et au FMI pensent que le spectre de Ché Guevara et des vieilles légions de commandantés barbus au bandana hante l'Amérique latine. Ils n'ont pas tort. Les officiers militaires idéologiquement de gauche sont très en vogue dernièrement. Pourtant, un autre fantôme hante l'Amérique latine : l'ignorance économique des capitales occidentales à l'endroit de l'Amérique latine.

Le nouveau président du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva, a été élu avec le sentiment d'attente qui mena l'ancien parachutiste putschiste Hugo Chávez au pouvoir au Venezuela trois ans plus tôt. Toutefois, il serait déraisonnable de voir dans le président Lula un populiste dangereux du simple fait que ses idéaux politiques sont proches de ceux de Chávez l'égaré.

Les supporters les plus pauvres du président Lula attendent sans aucun doute qu'il transforme le Brésil de société la plus inégalitaire du monde en une démocratie sociale moderne. Ses partisans de la classe moyenne ne sont pas moins impatients de voir leur niveau de vie s'améliorer. Pourtant, en dépit de ces attentes, il est peu probable que Lula ne se lance dans une politique chaotique comme la « révolution bolivarienne » qu'a déclenché Chávez.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/IQrHQxV/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.