0

Les esprits captifs de la Réserve fédérale

CHICAGO – Avant que l'impasse budgétaire des États-Unis n'occupe le devant de la scène dans la politique américaine, tous les regards étaient tournés vers la sélection probable par le Président Barack Obama du prochain Président de la Réserve fédérale. En effet, la nomination de la vice-présidente Janet L. Yellen comme successeur de Ben Bernanke souligne un point important : ce qui était un rendez-vous technique, qui n'intéressait que les férus d'économie, est devenu maintenant une importante cause de tension politique, qui divise non seulement les Républicains et les Démocrates (il n'en faut pas beaucoup pour cela), mais qui divise aussi le parti Démocrate.

Fait intéressant, le point de controverse n'était pas le point de vue des candidats sur l'inflation, mais leurs positions sur la réglementation bancaire. Pourquoi le poste de directeur de la Réserve fédérale est-il devenu politiquement si important ? Et pourquoi la règlementation bancaire est-elle plus intéressante que l'inflation pour les sénateurs américains (qui doivent confirmer la candidature retenue par Obama) ?

Ces changements sont simplement une conséquence de la crise financière de 2008 et des mesures que Bernanke a adoptées pour la surmonter. Dans un effort de sauver le système financier de l'effondrement - et, plus tard, à la recherche de la relance économique - la Fed s'est engagée dans des mesures très actives : des taux d'intérêt proches de zéro, des programmes énormes d'achats de capitaux, la rémunération des réserves bancaires et ainsi de suite. Bien qu'elles aient en partie réussi en stimulant l'économie, ces mesures ont eu des effets redistributifs massifs : des petits épargnants vers des banques, des propriétaires immobiliers hors du cours vers les riches investisseurs, et des retraités vers les financiers.

Ces effets redistributifs forcent les économistes à repenser la gouvernance optimale de la Banque centrale, qui repose sur un dogme puissant, né vers la fin des années 1970 et au début des années 1980, en réponse à l'inflation élevée : les dirigeants des banques centrales doivent être indépendants du système politique.