0

Russie, Tourne-toi vers l'Est

MOSCOU - Au cours des 18 derniers mois, les relations de la Russie avec l'Asie ont commencé à s'améliorer. Le Président Dmitri Medvedev et le Premier ministre Vladimir Poutine ont souligné à plusieurs reprises la nécessité d'un virage économique vers l'Asie. Des dizaines de protocoles et d'accords relatifs à de nouveaux projets ont été signés avec la Chine. Certains sont même déjà opérationnels.

Pourtant, la Russie doit encore concevoir une stratégie globale sur le long terme en Asie. Mais ce qui l'empêche substantiellement de le faire, disons-le sans ambages, c'est l'ignorance. En effet, pour certains Russes, tout mouvement de conjoncture vers l'Asie reviendrait à quitter la voie du développement européen en cours.

L'Asie ne représente assurément pas une alternative face à l'orientation culturelle et politique de la Russie, qui regarde plutôt vers l'Europe. Mais une réorientation économique partielle vers l'Asie n'entraînerait pas réellement un désengagement de l'Europe ; au contraire, au cours des deux dernières années, la Russie a officiellement pris un virage décisif en faveur d'une intégration plus étroite avec l'Union européenne.

L'Europe représente actuellement plus de 50% du chiffre d'affaires du commerce de la Russie. Mais le marché européen ne va pas se développer de manière significative dans un avenir proche. Les avoirs non répartis et les ressources culturelles de chaque pays d'Europe vont permettre au vieux continent de jouir d'un relatif confort dans les décennies à venir, même si l'UE cède progressivement sa place dans la sphère de la production de biens et de services. En effet, l'Europe est susceptible de devenir une destination de vacances et de loisirs de choix pour les Asiatiques couramment qualifiés de “laborieux travailleurs”.