Bloomberg/ Getty Images

Les limites de la croissance verte

BERLIN – Ces dernières années ont vu se renforcer la volonté de bâtir une « économie verte » susceptible de délivrer le monde des perpétuelles crises économiques et environnementales, ainsi que d’engendrer une nouvelle ère de croissance durable. Cet élan suscite néanmoins une polémique inattendue, à l’heure où de nombreux observateurs ne prévoient guère plus qu’un simple statu quo teinté d’une couche de peinture verte. La réconciliation des impératifs environnementaux et économiques s’annoncerait-elle plus difficile que nous le pensons ?

En un mot, la réponse est oui. L’idée dominante consiste à affirmer que l’économie verte nous permettra de nous libérer de notre dépendance aux combustibles fossiles, sans pour autant sacrifier la croissance. Beaucoup vont même jusqu’à avancer que le passage à une économie verte pourrait engendrer une nouvelle forme de croissance. Mais aussi séduisante soit-elle, cette conception n’est pas réaliste, comme nous l’expliquons dans notre récent ouvrage intitulé Inside the Green Economy.

Il n’est bien entendu pas impossible qu’une économie véritablement « verte » se révèle prospère. Seulement voilà, le modèle aujourd’hui dominant se fonde principalement sur des solutions rapides et faciles à mettre en œuvre. Ce modèle réaffirme par ailleurs la primauté de l’économie, échouant ainsi à appréhender toute la profondeur de la transformation nécessaire.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/9ejhXLL/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.