May and Merkel Leon Neal/Getty Images

Citoyens du monde, fumistes nationaux

CAMBRIDGE - En octobre dernier, le Premier ministre britannique Theresa May en a choqué plus d'un en dénigrant le concept de citoyen du monde. « Si vous croyez que vous êtes un citoyen du monde, a-t-elle déclaré, vous êtes un citoyen de nulle part. »

Sa déclaration a été accueillie avec dérision et inquiétude dans les médias et parmi les commentateurs libéraux. « La forme de citoyenneté la plus utile à notre époque, lui a reproché en la sermonnant un analyste, c'est une personne qui ne se consacre pas seulement au bien-être d'une paroisse du Berkshire, mais à la planète. » The Economist a reproché au Premier ministre son ton autoritaire. Un chercheur l'a accusée de renier les valeurs des Lumières et a mis en garde contre des « échos de 1933 » dans son discours.

Je sais à quoi ressemble un « citoyen du monde » : j'en vois un parfait spécimen chaque fois que je me regarde dans un miroir. J'ai grandi dans un pays, je vis dans un autre et je détiens un passeport de chacun de ces deux pays. J'écris sur l'économie mondiale et mon travail m'emmène dans des endroits éloignés. Je passe plus de temps à voyager dans d'autres pays qu'à l'intérieur de chacun des pays qui me considèrent comme citoyen.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/XAMrJHd/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.