Les révolutionnaires réticents de Lybie

TRIPOLI – L'Egypte n'est pas le seul endroit où les grandes espérances du Printemps arabe s’évanouissent peu à peu. Attaques contre les gouvernements occidentaux, affrontements ethniques dans de lointaines oasis au milieu du désert… la révolution de la Libye est elle aussi chancelante.

Le gouvernement intérimaire, qui a dirigé le soulèvement, est en grande partie responsable pour troubles actuels de la Libye. Le Conseil National de Transition refuse de prendre des décisions difficiles, préférant les refiler à un futur gouvernement élu. Le CNT a conservé une grande partie de la paralysie institutionnelle du pays, ainsi que du comportement primaire typique du régime renversé du colonel Muammar al-Kadhafi. Si la révolution libyenne veut réussir, les nouveaux dirigeants du pays devront rompre nettement avec l'esprit du passé.

Au cours de ses 42 années au pouvoir, Kadhafi s’est entouré de conseillers qui étaient des compagnons de jeunesse, complétés par une petite clique de technocrates. En conséquence, les chefs de la révolte qui l’a renversé ont peu d'expérience de gouvernement. Et, dans un pays où toute activité politique était considérée comme une trahison, beaucoup s'attendaient à ce que le CNT néophyte tombe souvent et peu après son entrée en fonction. Ils ne se sont pas trompés.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/KP0bcEi/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.