L'opposition djihadiste en Libye

DOHA - « Ils sont armés, je ne vais pas combattre en pure perte et faire tuer mes hommes pour un sanctuaire en ruines », a déclaré l'ancien ministre intérieur libyen Faouzi Abdelali, avant sa « démission » en août dernier. Il faisait référence à des groupes armés salafistes accusés de détruire des sanctuaires soufis. L'un des groupes accusé était la Brigade Ansar al-Sharia, qui a rapidement apporté son soutien à la démolition, mais a nié toute responsabilité.

Ahmed Jibril, ambassadeur adjoint de la Libye à Londres, accuse à présent la Brigade dirigée par Mohammed Ali el-Zahawy, d'avoir perpétré l'attentat contre le Consulat américain à Benghazi, qui a tué l'ambassadeur américain Christopher Stevens et trois autres membres du personnel des États-Unis, ainsi que des gardes libyens. D'autres personnes ont rapidement adopté et promu l'allégation de Jibril. Mais la situation est plus complexe.

La Brigade a nié toute responsabilité dans une déclaration écrite, ainsi que dans un bref entretien avec son porte-parole, qui était alors chargé de la surveillance de l'hôpital d'Al Jala à Benghazi. Comme lors de sa déclaration sur la destruction des sanctuaires soufis, la Brigade a nié toute implication dans l'attentat contre le Consulat américain, mais a souligné la gravité de l'insulte contre le Prophète censée avoir déclenché l'attentat.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/pr2IJ0u/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.