0

La Russie et les Etats-Unis aux Oscars

NEW YORK – Les Oscars ont parlé. Ni Léviathan, sélectionné pour représenter la Russie à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère, ni American Sniper, nommé dans plusieurs catégories, dont le meilleur film, n’ont gagné. Ils sont pourtant chacun à leur manière les films les plus représentatifs de l’année, en ayant saisi les motifs pour lesquels la Russie et les Etats-Unis semblent condamnés à se livrer une nouvelle Guerre froide.

A la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Léviathan s’est trouvé dans une position délicate au plan des relations publiques. Mais la sombre description qu’il fait de la vie actuelle en Russie confirme en fait plusieurs des raisons pour lesquelles les Américains doutent de la capacité de réforme de la Russie après l’effondrement du communisme.

Ce doute est reflété par la culture populaire américaine. Depuis 1991, Hollywood  a documenté la méfiance des Etats-Unis envers la Russie post-soviétique par le biais de nombreux films – dont Le Saint, Airforce One, La boussole d’or en 2006, Salt et The November Man. La politique étrangère agressive du président russe Vladimir Poutine a donné raison à ces russophobes, et la sélection de Léviathan, une superbe critique de son régime, semblait tout à fait appropriée.

Et même si les Oscars n’ont pas adoubé Léviathan, le film mérite toutes les louanges qu’il a reçues. Réalisé par Andrey Zvyagintsev dans un style mystérieux et inquiétant qui pourrait être qualifié de « réalisme du désespoir », le film est à la fois épique et admirablement nuancé. Le titre renvoie au Livre de Job et fait penser à Moby Dick de Herman Melville.