0

Leçons à retenir de l'insouciance fiscale de l'Amérique

George W. Bush a fait bien plus pour anéantir la politique économique des Etats-Unis que tous les autres présidents de l'histoire américaine, dépassant même son mentor, Ronald Reagan. En seulement trois années de mandat, il a détruit un consensus politique fragile qui avait demandé dix ans d'efforts et qui pourrait nécessiter une autre décennie pour être reconstruit. Ce faisant, Bush a risqué la santé économique et la stabilité sociale sur le long terme de l'Amérique. Etant donné que les défis budgétaires sur le long terme que gèrent les Etats-Unis d'une manière extrêmement maladroite ne sont pas les seuls défis existants, les bévues fiscales de l'Amérique offrent des leçons importantes aux autres pays.

Le principal problème posé par la politique fiscale est que les politiciens peuvent aisément se rendre provisoirement populaires en diminuant les impôts et en augmentant les dépenses publiques tout en accumulant des dettes publiques massives et en laissant leur remboursement aux futurs élus. Ce stratagème peut durer quelques années, mais les déficits budgétaires et la dette publique grandissante imposent plus tôt que prévu un changement douloureux de politique. Un politicien cynique peut toutefois acheter sa réélection et peut-être être parti à la retraite lorsque la crise arrive.

On pourrait imaginer qu'après des décennies d'épisodes semblables d'irresponsabilité politique dans les pays du monde entier, les électeurs seraient allergiques à ce type de stratagème. Cependant, Bush l'applique de nouveau en s'achetant aujourd'hui une popularité en distribuant des réductions d'impôts massives tout en augmentant simultanément les dépenses militaires et les dépenses en matière d'éducation et de santé. Le déficit budgétaire ainsi obtenu équivaut à plus de 5 % du PNB.

Pire encore, les perspectives budgétaires à long terme de l'Amérique étaient déjà inquiétantes avant que Bush ne commence à appliquer ses politiques imprudentes. La population américaine est vieillissante, de sorte que les coûts des systèmes de retraite et de soins de santé financés par des fonds publics augmenteront en flèche. Des calculs approfondis montrent que les revenus qui seront dégagés grâce aux politiques fiscales prônées par Bush sont susceptibles de ne pas atteindre les dizaines de trillions de dollars qui représentent les coûts des retraites publiques, des soins de santé et d'autres dépenses fiscales attendues par la population.