1

L'avenir féminin de la Corée du Sud

SEOUL – Au cours du dernier demi-siècle, la Corée du Sud a fait des progrès économiques considérables, avec un revenu par habitantpassé de seulement 80 dollars en 1960 à plus de 22 000 dollars l'an dernier. Mais son potentiel de croissance durable est incertain, en raison de la baisse imminente de sa population en âge de travailler (censée tomber à 25% en 2050) et à la concurrence croissante de la Chine et d'autres économies émergentes. Afin d'améliorer ses perspectives, la Corée du Sud doit poursuivre sa réforme économique et sa restructuration, en mettant l'accent sur l'optimisation de ses ressources en capital humain, en particulier celui des femmes.

Le succès de la Corée du Sud au cours des cinq dernières années doit beaucoup à la croissance rapide de sa population active qui a reçu une bonne formation. De 1960 à 2010, la proportion d'adultes ayant suivi des études secondaires est passé de 20% au chiffre impressionnant de 87%. En stimulant la productivité, en augmentant le retour sur investissement et en facilitant l'adaptation et l'innovation technologique, l'abondance de travailleurs instruits en Corée du Sud a servi de base à une stratégie de développement axée sur l'exportation.

Mais les femmes restent sous-employées, au détriment de l'ensemble de l'économie. En effet, toute stratégie efficace de croissance sud-coréenne doit créer de meilleures opportunités économiques pour les femmes, en partie par la création de lieux de travail plus accueillants et par l'instauration d'un système d'enseignement plus diversifié et plus flexible.

À son crédit, la Corée du Sud a construit une société relativement favorable à l'égalité entre les sexes. L'écart entre les sexes dans les inscriptions dans l'enseignement secondaire et supérieur est très faible et l'accès des femmes à des postes de haut niveau en droit, en médecine et dans la fonction publique a considérablement augmenté ces dernières années. Le pays a élu son premier président féminin Park Geun-hye en 2012.