0

Cap à l’Ouest pour le Liban

BEYROUTH – Les électeurs libanais ont offert à l’alliance du 8 mars menée par le Hezbollah une défaite sans équivoque. Dans le cadre d’élections qui se sont déroulées dans un climat calme et pacifique, l’alliance pro-occidentale du 14 mars a remporté une majorité confortable de 71 sièges, contre 58 pour ses rivaux. Ces résultats ont provoqué un soupir de soulagement quasi audible chez les dirigeants arabes, tout autant que chez les leaders européens et nord-américains.

La crainte que l’alliance prosyrienne et pro-iranienne du 8 mars n’obtienne une victoire était palpable avant le vote. Non sans empressement, le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad avait anticipé publiquement un tel résultat.

La victoire de l’alliance du 14 mars est une bonne nouvelle pour le Liban et pour la région : grand triomphe de la modération et du pragmatisme sur l’extrémisme et la confrontation, elle promet de bonnes relations avec les amis arabes et occidentaux du pays. C’est aussi une bonne nouvelle pour le gouvernement Obama, qui craignait un revers régional peu après l’allocution historique du président le 4 juin au Caire.

En outre, les élections apportent une base fort nécessaire de stabilité et de légitimité à la coalition au pouvoir, composée du Courant du futur, parti essentiellement sunnite conduit par Saad Hariri (fils de Rafik al Hariri, ancien Premier ministre qui fut assassiné), du Parti socialiste du leader druze Walid Junblat, et de plusieurs partis chrétiens. Même si cette coalition contrôlait déjà le Parlement, sa majorité était régulièrement attaquée comme étant le résultat d’une législation électorale très partiale.