0

Les leçons à tirer de la Guerre froide

NEW YORK – Toute guerre comporte trois étapes. La première est celle des discussions politiques sur l’opportunité d’entrer ou non en guerre. Vient ensuite la question de comment la mener. Enfin se pose la question des leçons à en tirer.

La Guerre froide, le troisième conflit le plus important du XXe siècle, ne fait pas exception à cette règle. Les trois étapes peuvent être identifiées et chacune d’entre elles a donné lieu à de vifs débats.

Il y eut par exemple ceux qui mirent en doute la nécessité de la Guerre Froide et la menace posée par l’Union soviétique et le communisme. Ces « révisionnistes » étaient nettement minoritaires et heureusement, parce que rien ne permettait de penser que les Soviétiques et le communisme étaient une puissance bienveillante. En conséquence, la Guerre froide, une lutte mondiale sur quatre décennies, est devenue une réalité.

Un autre débat porta sur la manière de conduire au mieux la Guerre Froide tout au long de son histoire. Les deux principales écoles de pensée étaient « le refoulement » et « l’endiguement ». Les tenants de la première doctrine estimaient que le renversement du communisme – un changement de régime, en termes actuels – s’imposait. La seconde doctrine voulait que le refoulement du communisme à court terme était trop risqué, compte tenu de l’arsenal nucléaire soviétique, et que les États-Unis et l’Occident devaient se contenter de limiter la progression de la puissance et de l’influence soviétiques.