0

Apprentissage du dynamisme économique

Pourquoi certaines des économies les plus avancées du monde (la France, l'Allemagne, l'Italie et le Japon) connaissent-elles une croissance statique et un taux de chômage élevé ? Plus fondamentalement, pourquoi ces pays semblent-ils échouer à appliquer le type de direction et d'innovation économiques que leurs histoires nous ont amené à attendre d'eux, tout particulièrement dans les secteurs innovants de la haute technologie qui définissent le plus notre futur ?

Les faibles performances économiques de ces pays sont encore plus incompréhensibles étant donné la baisse marquée de leur taux de natalité, constatée des décennies auparavant. Leur pyramide des âges est désormais déviée vers des individus d'un certain âge qui se trouvent dans leurs années les plus productives et qui n'ont pour ainsi dire plus d'enfants à élever. Leur niveau de vie par habitant devrait ainsi être considérablement plus élevé que celui des Etats-Unis, pays dans lequel des essaims d'enfants doivent être élevés et de nouveaux investissements réalisés simplement pour maintenir l'augmentation du capital social au diapason d'une population croissante.

Bien évidemment, ce qui est avantageux aujourd'hui peut être problématique demain : l'Europe et le Japon devront faire face à de graves problèmes lorsque leur pyramide des âges inclinera vers les personnes âgées, éliminant ainsi l'avantage démographique temporaire qu'ils possèdent aujourd'hui sur les Etats-Unis. Mais ce n'est pas de cela dont souffre leur économie aujourd'hui.

Edmund Phelps, de l'université Columbia, soutient que ces pays dont la croissance est lente manquent de « dynamisme », qu'il définit comme la combinaison de l'esprit d'entreprise et des institutions financières qui le canalisent. L'esprit d'entreprise et les institutions financières nécessaires doivent tous deux être présents pour pouvoir déchaîner une « destruction créative » (la force qui, selon Joseph Schumpeter, a constitué le moteur de la prospérité capitaliste soixante ans plus tôt).