galbraith10_jayk7Getty Images_inflation jayk7/Getty Images

Les peurs profondes des faucons de l’inflation

AUSTIN – Dans un récent article pour le Washington Post, l’ancien secrétaire d’État au Trésor américain Lawrence H. Summers affirme que « l’indice des prix à la consommation a augmenté à un taux annuel de 7,5 % » au premier trimestre 2021. Je n’ai pas retrouvé ces chiffres sur la page Web du Bureau of Labor Statistics concernant l’IPC pour les consommateurs urbains, qui parle d’une augmentation en base annuelle (avril 2020-avril 2021) de 4,2 %, principalement attribuable à un net rebond de 49,6 % des prix du carburant par rapport à leur effondrement lié à la pandémie. En excluant les prix des produits alimentaires et de l’énergie, le taux d’inflation sur l’année passée atteint tout juste 3 %.

Le raisonnement de Summers dans la prévision des risques d’inflation future est encore plus étrange :

« Les pressions inflationnistes s’accentuent pour plusieurs raisons : augmentation de la demande compte tenu des plus de 2 000 milliards $ d’épargne accumulés par les Américains durant la pandémie, achats de dette à grande échelle par la Réserve fédérale, prévision de taux d’intérêt pour l’essentiel nuls jusqu’en 2024 selon la Fed, relance budgétaire d’environ 3 000 milliards $ adoptée par le Congrès, ainsi que flambée des cours boursiers et prix immobiliers. »

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/XZk0atEfr