La Lady Macbeth de Pyongyang

TOKYO – Le régime communiste de la Corée du Nord est, selon toute vraisemblance, sur le point d’opérer son deuxième transfert de pouvoir dynastique, cette fois-ci de Kim Jong-il, qui dirige le pays depuis 1994, en faveur de son plus jeune fils, Kim Jong-eun. L’Assemblée Générale du Parti des Travailleurs de la Corée du Nord, qui se réunit pour la première fois depuis 44 ans, est le signe le plus évident que le Cher Leader Kim, très malade, est sur le point de transmettre la couronne de son royaume ermite fondé par son père, Kim Il-sung.

L’une des raisons pour expliquer cette succession dynastique est que Kim Il-sung a créé une idéologie nationale, Juche, mélange de communisme et d’autarcie avec une forte dose de valeurs confucianistes. Le Confucianisme exalte un lien idéalisé entre un père et son fils comme modèle pour toutes relations humaines, y compris entre un dirigeant et ses administrés. Donc, tout comme le devoir absolu d’un fils confucianiste est de révérer son père, le devoir absolu d’un sujet confucianiste est de révérer son dirigeant.

De plus, Kim Jong-il, comme son père, a toujours nommé des membres de sa famille aux postes clé de pouvoir. En effet, Kim Jong-eun, le troisième fils de Kim Jong-il tout comme feu le prince consort, Ko Young-hee, est désigné comme successeur de son père depuis déjà un an.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/5uBw4aR/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.