Le péché originel du Kosovo

PRISTINA – Des centaines de personnes ont disparu il y a 10 ans au Kosovo, ancienne province Serbe devenue l’état le plus récent de la planète. Ce ne sont pas des personnes disparues comme les Albanais que la police serbe a exécuté et enterré secrètement pendant le conflit de 1999 au Kosovo. Ces personnes ont été porté disparues après le conflit, selon l’OTAN et les Nations Unies. La plupart étaient des civils serbes et pour les proches de la plupart d’entre eux, ils ont été enlevés.

Dans une certaine mesure, le Kosovo doit son indépendance à une intervention militaire de l’OTAN initiée au nom des droits de l’homme. Et c’est au nom de ces mêmes droits de l’homme que la vérité doit être dite sur ces personnes portées disparues après le conflit et pourquoi, pendant 10 ans, les responsables des Nations Unies ont ignoré les appels des familles des victimes et n’ont entamé aucune enquête criminelle.

Depuis des années, aucune décision significative n’a été prise par les autorités albanaises du Kosovo sans l’imprimatur de l’Union Européenne et, surtout des Etats Unis. Ils devraient convaincre le gouvernement du Kosovo de mettre en place une enquête transparente au nom de ces victimes et du peuple Kosovar qui est en attente d’un état de droit.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/HINdSJs/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.