La révolution ukrainienne et la question juive

VARSOVIE – « Et comment évaluer la situation en Ukraine dans une perspective juive ? » demandai-je à Josef Zissels. Ce dissident ukrainien de longue date, militant juif et avocat passionné du mouvement du Maïdan ukrainien, venait de brosser le tableau de la spectaculaire victoire du mouvement et de la destitution du président Viktor Ianoukovitch devant un auditoire à Varsovie. « Il n’y a pas de perspective juive » me répondit-il. « Il y des Juifs des deux côtés des barricades ».

Assurément. Aleksander Feldman, par exemple, le président du Comité juif ukrainien, est un éminent député du Parti des régions de Ianoukovitch – bien qu’il ait condamné les actions du président déchu après sa fuite. Et plusieurs oligarques juifs étaient très proches de Ianoukovitch jusqu’au dernier moment.

Mais le soutien apporté par les Juifs au mouvement du Maïdan était bien plus évident. Quatre des 82 manifestants tués sur la place de l’Indépendance de Kiev étaient juifs, et une « sotnia » juive, ou une centurie (un terme associé de manière assez ironique aux pogroms cosaques) a défendu la place contre les forces de sécurité de Ianoukovitch.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/5XyIysc/fr;