Skip to main content

harrington17_MikhailSvetlovGettyImages_putinjongunshakehands Mikhail Svetlov/Getty Images

Kim Jung-un, le stratège ?

ATLANTA – Le Premier ministre japonais Shinzo Abe, en recevant le président Donald Trump, a semblé donner plus d’importance au protocole qu’à l’action politique. À une exception près toutefois, la Corée du Nord, qui a récemment effectué depuis sa côte Est des essais supplémentaires de missiles à courte portée, et quant à laquelle Abe souhaite manifestement que le Japon et les États-Unis demeurent sur la même longueur d’onde, alors que bégaient les pourparlers de dénucléarisation avec le dictateur nord-coréen. Rien de cela n’a empêché Trump, lors d’une conférence de presse commune donnée lundi, de balayer les inquiétudes suscitées par les derniers tirs – s’opposant ainsi non seulement à Abe mais à ses propres conseillers.

Abe a toutes les raisons de s’inquiéter que Kim ne tire là un important avantage diplomatique. Certes, alors que l’économie nord-coréenne, en difficulté, est guettée par la pénurie alimentaire, ses démonstrations d’amitié virile échangées avec Trump ne sont pas parvenues à tempérer les sanctions. Mais il a désormais remanié son équipe de négociateurs et cherche à se donner une posture d’homme d’État, s’affirmant favorable à un nouveau sommet avec Trump si celui-ci adopte « la bonne attitude ».

Dans le même temps, Kim consolide sa position pour des négociations ultérieures, notamment en se tournant vers la Chine et la Russie. Si ces ouvertures du régime nord-coréen ne sont incontestablement pas sans précédent, elles sont inhabituelles. Héritier d’une dynastie qui veille jalousement sur l’indépendance du Nord depuis soixante-dix ans, Kim, comme son grand-père Kim Il-sung, le fondateur de l’État, considère l’autonomie nationale comme une principe sacro-saint. Si la Chine et la Russie sont les alliés traditionnels du régime des Kim, le grand-père de l’actuel dirigeant et son père Kim Jong-il ont toujours gardé leurs distances avec les deux puissances, jouant souvent l’une contre l’autre. Kim Jung-un, en revanche, s’associe à toutes deux pour faire pencher en sa faveur la balance géostratégique.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/Uz00o1l/fr;
  1. campanella17_Ryan AshcroftSOPA ImagesLightRocket via Getty Images_englihs Ryan Ashcroft/SOPA Images/LightRocket via Getty Images

    Back to Little England?

    Edoardo Campanella

    The United Kingdom's bid to withdraw from the European Union is typically characterized as a dramatic manifestation of British nationalism. In fact, it has almost nothing to do with Britain, and everything to do with English national identity, which has been wandering in the wilderness ever since the fall of Pax Britannica.

    1

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions