Des reins à vendre ?

PRINCETON – L’arrestation le mois dernier à New York de Levy-Izhak Rosenbaum, un homme d’affaires de Brooklyn accusé par la police d’avoir tenté d’organiser l’achat d’un rein pour 160.000 dollars, a coïncidé avec l’adoption à Singapour d’une loi qui pour certains devrait ouvrir la voie à la vente d’organes dans cette ville. L’an dernier, le magnat singapourien Tang Wee Sung avait été condamné à une journée de prison pour avoir accepté d’acheter illégalement un rein. Il reçut par la suite un rein provenant d’un meurtrier exécuté – ce qui, bien que légal, est peut-être plus douteux d’un point de vue éthique que l’achat d’un rein, puisque ce procédé crée une incitation pour la condamnation et l’exécution des criminels accusés d’un crime capital.

Aujourd’hui, Singapour a légalisé la rémunération des donneurs d’organes. Officiellement, cette rémunération ne doit servir qu’à couvrir les coûts encourus ; le versement d’un montant constituant une « incitation excessive » reste interdit. Mais ce qui pourrait être « incitation excessive » n’est pas précisé.

Ces évolutions soulèvent à nouveau la question de savoir si la vente d’organes doit être pénalisée ou pas. Rien qu’aux Etats-Unis, quelques 100.000 personnes ont besoin d’une transplantation chaque année, mais seulement 23.000 en obtiennent une. Près de 6000 personnes meurent avant d’obtenir un organe de substitution.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/97stSdB/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.