willems4_YASINAKGULAFPGettyImages_candlevigilwithkhashoggiposter Yasin Akgul/AFP/Getty Images

Justice pour les journalistes

AMSTERDAM – Voilà plus de huit mois que Jamal Khashoggi, un éminent journaliste saoudien et critique du gouvernement de son pays natal qui vivait en exil, a été torturé, tué et démembré, dans les murs du consulat d'Arabie saoudite à Istanbul. Tandis que les Saoudiens se sont mis en quatre pour cacher la vérité sur le sort de Khashoggi, la Turquie a lancé une enquête. Comme prévu, elle n'a rien donné de nouveau.

La Turquie n'a rien d'un défenseur crédible de la liberté de la presse : en 2018, plus de 80 journalistes dans le pays ont été sanctionnés par de longues peines de prison ou par des amendes à cause de leur travail. Mais même si l'indignation du gouvernement turc sur le meurtre de Khashoggi a été exagérée à des fins diplomatiques, le système judiciaire de la Turquie s'est conformé à ses obligations internationales d'enquêter.

L'Arabie saoudite, par contre, méprise totalement ses obligations sur ce plan-là. Sous la pression internationale, le Royaume a orga      nisé des audiences pour 11 suspects. Mais selon Agnès Callamard - Rapporteur spécial des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires - ces audiences secrètes à huis clos sont plus destinées à sauver la face qu'à servir la justice.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/w61ApFsfr