John Kerry et l'Europe

Ceux que les dieux veulent détruire se voient accorder leurs désirs. Ceux qui en Europe et dans le monde souhaitent la victoire de John Kerry à l'élection présidentielle américaine devraient garder présente à l'esprit cette maxime tirée de la sagesse grecque ancienne.

Pendant la Guerre froide, l'Amérique était le leader naturel de la communauté atlantique et le prix de cette position était l'acceptation de la part des Etats-Unis de l'autonomie et de l'influence de ses alliés européens. Après les attaques terroristes du 11 septembre 2001, le président Bush s'est lancé dans une politique étrangère unilatérale. L'alliance atlantique traditionnelle fut remplacée par ce que les Etats-Unis ont appelé " les coalitions volontaires ", où l'on voit " la mission déterminer la coalition ", rôle des alliances historiques d'autrefois.

Cette politique a divisé l'Europe. Elle a également alimenté de profondes divisions dans la campagne présidentielle américaine et l'un des arguments les plus puissants que John Kerry ait utilisé est sa volonté de restaurer la confiance perdue entre l'Amérique et ses alliés : élu président, il se chargera de recruter l'aide internationale nécessaire en Irak.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/8RTk0ZR/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.