L'espoir démocratique du Kenya

Les Kenyans ont de bonnes raisons de faire la fête cette semaine. Ils se sont rendus en grands nombres dans les bureaux de vote, ont tranquillement glissé leurs bulletins dans les urnes et rejeté en bloc une constitution imparfaite qui leur avait été imposée à la hâte.

Le référendum du 21 novembre marque un nouveau tournant du processus de consolidation de la transition du Kenya vers une vraie démocratie. Le “non” n'a pas seulement empêché les tentatives du président Mwai Kibaki et de son cercle d'intimes de resserrer leur emprise sur le pouvoir, il a aussi confirmé aux Kenyans ordinaires le pouvoir des urnes.

Alors que le public kenyan a montré en quelle estime il tient le processus légal et la démocratie participative, les préparations au référendum ont dévoilé le visage le plus repoussant du gouvernement. L'administration de Kibaki a mis cette année à profit pour placer le pouvoir entre les mains d'une petite clique ethnique de Kikuyus. Les réformateurs à l'intérieur du gouvernement n'ont pas seulement capitulé devant ce recul, ils y ont même largement contribué.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Lyjpvu7/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.