Malthus, Marx, et la croissance moderne

CAMBRIDGE – La promesse de voir chaque nouvelle génération connaître une vie meilleure que la précédente constitue l’un des principes fondamentaux de nos sociétés modernes. De manière générale, la plupart des économies développées honorent cet objectif, le niveau de vie s’étant amélioré au fil des dernières générations, malgré les reculs liés aux guerres et aux crises financières.

Au sein même des pays en voie de développement, la grande majorité des populations a commencé à faire l’expérience d’une amélioration du niveau de vie, suscitant un certain nombre d’attentes autour de la croissance attachée à cette évolution. Pour autant, et notamment dans les économies développées, les générations futures verront-elles ces attentes se concrétiser ? Bien que la réponse à cette question soit probablement affirmative, les risques pesant sur cet espoir apparaissent plus significatifs qu’ils ne l’étaient il y a quelque dizaines d’années.

Jusqu’à présent, toutes les prédictions annonçant dans l’époque moderne un assombrissement du destin de l’humanité, de Thomas Malthus à Karl Marx, se sont révélés formidablement erronées. Le progrès technologique nous a en effet permis de surmonter les obstacles à la croissance économique. Les rééquilibrages politiques ponctuels, parfois paisibles, parfois plus difficiles, ont permis à l’immense majorité des populations de tirer le meilleur de ces évolutions, bien que certains peuples aient été beaucoup plus favorisés que d’autres.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/ndcZZ2I/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.