12

Choix social et bien-être social

CAMBRIDGE – Les êtres humains ont toujours vécu en groupe et leurs vies individuelles ont toujours dépendu de décisions de groupe. Mais les défis des choix de groupe peuvent être intimidants, surtout compte tenu des intérêts et des préoccupations divergentes des membres du groupe. Alors comment doit-on prendre une décision collective ?

Un dictateur qui veut contrôler tous les aspects de la vie des gens cherchera à ignorer les préférences de tous les autres. Mais ce niveau de pouvoir est difficile à réaliser. Plus important encore, une dictature de toute nature peut aisément être tenue pour une façon terrible de gouverner une société.

Donc pour des raisons éthiques et pratiques, les chercheurs en sciences sociales ont longtemps étudié comment les préoccupations des membres d'une société peuvent être reflétées d'une manière ou d'une autre dans ses décisions collectives, même si la société n'est pas pleinement démocratique. Par exemple, au IVème siècle av. J-C, Aristote en Grèce et Kautilya en Inde ont exploré les différentes possibilités de choix social dans leurs livres classiques, respectivement Les Politiques et L'Economie (le titre sanscrit du livre de Kautilya, Arthashastra, se traduit littéralement par « la discipline du bien-être matériel »).

L'étude du choix social comme discipline officielle a connu son apogée à la fin du XVIIIème siècle, lorsque le sujet a été découvert par des mathématiciens français, en particulier J. C. Borda et le Marquis de Condorcet. Le climat intellectuel de l'époque était fortement influencé par l'Europe des Lumières, son intérêt pour la construction motivée d'un ordre social et son engagement dans la création d'une société à l'écoute des préférences des gens.