La fin de la convergence ?

WASHINGTON, DC – Jusqu'à récemment, un large consensus affirmait que ce siècle devait être celui des pays émergents. Mais la réaction de marchés financiers à l'avertissement de la Réserve fédérale des États-Unis en mai, d'après lequel ce phénomène pourrait affaiblir ses politiques monétaires non-conventionnelles, a conduit de nombreux analystes à poser la question de la vitesse de croissance des marchés émergents. Ce mois-ci, à l'Assemblée annuelle du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds Monétaire International, les perspectives des pays émergents vont faire l'objet d'une discussion très animée.

Jusqu'à la mi-2013, le FMI et la Banque mondiale avaient projeté des taux de croissance globale du PIBpar habitant  pour les pays émergents et en voie de développement (EMDEV) censés être presque 3% supérieurs aux pays avancés du monde au cours des années à venir. La plupart des commentateurs se sont attendus à ce qu'une différence importante dans la croissance par habitant continue au-delà de cette décennie, étant en désaccord seulement sur l'importance de l'avantage de croissance des pays émergents.

Les estimations d'Arvind Subramanian pour la Chine et d'Uri Dadush pour les EMDEV plus généralement, ont représenté la fourchette supérieure de ces projections. D'autres comme Dani Rodrik, se sont toujours montrés plus prudents, en soutenant qu'une grande partie de la rapide croissance passée des EMDEV était due principalement à une période de croissance de « rattrapage » technologique dans la fabrication, qui parvenait à ses limites et ne pourrait pas facilement se prolonger sur le vaste secteur des services ou dans d'autres parts des économies en développement.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/pisLGDPfr