Trump and Kelly Drew Angerer/Getty Images

Le nœud se resserre

WASHINGTON – L’arrivée d’un nouvel ange gardien à la Maison-Blanche, sensé y ramener un peu d’ordre, n’y changera pas grand-chose : le président Donald Trump a des ennuis. La récente prise de fonctions du général à la retraite John Kelly, ancien secrétaire de Trump à la sécurité intérieure, comme directeur de cabinet, en remplacement de Reince Priebus, a fait baisser d’un ton le chaos ambiant et apporté un peu plus de discipline dans les manières du président. Mais tout cela pourrait changer, du jour au lendemain, ou d’un instant à l’autre.

Kelly a mis un terme à la ronde des collaborateurs entrant à leur guise dans le Bureau ovale – Trump se fait volontiers l’écho de son dernier interlocuteur – et a demandé que les notes et les rapports destinés au président lui soient préalablement soumis. Pour le moment, du moins, l’avalanche de tweets présidentiels et leur loufoquerie se sont calmées.

Les observateurs les plus lucides s’attendent à ce que Trump s’irrite bientôt de la discipline promue par Kelly, qui pourtant, connaissant l’énorme ego du président, invite, dit-on, plus qu’il n’impose. Kelly a encore l’avantage d’être général, et tenu à ce titre en haute considération par Trump.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/7xCkQya/fr;

Handpicked to read next