0

EMBARGO JUSQU'AU DIMANCHE 5 JUILLET

par Ellen Johnson-Sirleaf

Monrovia – Depuis plus de dix ans, une grande partie de l'Afrique progresse. L'économie est en croissance, la pauvreté diminue et la gouvernance démocratique s'étend. Mais la crise financière mondiale menace ces avancées en réduisant les investissements, les exportations et l'aide, alors ces paramètres devraient être à la hausse pour consolider ces succès.

Tandis que l'attention internationale se porte évidemment sur le Darfour, la Somalie et le Zimbabwe, plusieurs pays à travers le continent (notamment le Ghana, la Tanzanie, le Mozambique et le Libéria) développent tranquillement leur économie. De nombreux pays connaissent un taux de croissance qui dépasse régulièrement 5%. La clé de ce progrès repose dans un meilleur leadership africain et dans une gouvernance responsable. Aujourd'hui l'Afrique compte 20 démocraties, contre seulement trois dans les années 1980, il s'y déroulent de véritables élections, la situation des droits de l'homme y est meilleure et la presse plus libre. Leurs efforts sont soutenus par une aide au développement de plus en plus efficace.

Considérons ce qui s'est passé dans mon pays, le Libéria. Après 14 ans d'une guerre dévastatrice, nous avons été confrontés à d'énormes défis. Pour faire évoluer les choses, notre gouvernement démocratiquement élu travaille avec des partenaires internationaux et avec un nombre croissant d'investisseurs privés.