La crainte du « L »

WASHINGTON, DC – Depuis quelques années, les économistes ont parcouru l'alphabet pour décrire la forme de la reprise tant attendue - en commençant par un optimiste V, en passant par un U plus pessimiste, pour finir par un désespérant W. Mais maintenant une inquiétude plus profonde commence à poursuivre la profession : la peur de ce que j'appelle une reprise « en L ».

A la lumière des cinq dernières années lamentables, 2013 n'a pas été mauvaise pour les économies avancées. La zone euro est techniquement sortie de la récession, le taux de chômage aux États-Unis a été plus bas que les années précédentes et le Japon a commencé à se réveiller après un long sommeil et l'onde de choc négative du tremblement de terre et du tsunami de 2011.

Mais si nous y regardons de plus près, il devient évident que nous nous tenons au bord du précipice. Au troisième trimestre de cette année, le PIB a chuté, sur une base annuelle et pas seulement dans les cas bien connus de la Grèce et du Portugal, mais aussi en Italie, en Espagne, aux Pays-Bas et en République tchèque. Et le PIB dans certains pays, comme en France et en Suède, a augmenté à un taux inférieur à la croissance de la population, ce qui implique que le revenu par habitant a diminué.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/xapb037/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.