Des virus sautants

Les savants avaient depuis longtemps prévu qu'un virus de la grippe se propagerait, comme c'est le cas à l'heure actuelle en Asie, des oiseaux sauvages à l'homme, provoquant une pandémie. Mais peu avaient prédit l'épidémie du SRAS de l'année dernière, une pneumonie causée par un coronavirus . Avant 2003, les coronavirus occupaient une place très peu élevée sur l'échelle des maladies humaines majeures car ils étaient principalement associés au rhume ordinaire. Mais nous savions depuis longtemps que les coronavirus pouvaient provoquer des maladies redoutables chez les animaux domestiques. Nous n'avons tout simplement pas appris notre leçon.

En effet, les événements des deux dernières décennies (les virus du sida se transférant des singes à l'homme, suivis par la propagation mondiale de ces virus, qui ne sont qu'un exemple parmi tant d'autres) auraient dû nous convaincre que rien n'est prévisible en matière de maladies. Après tout, le « saut » des virus des animaux sauvages à l'homme est bien plus fréquent que nous ne voulons bien le croire.

Tous les types de souche ou de variante de virus existent, de même que les chiens appartiennent à différentes races. Les vétérinaires et les agriculteurs savent depuis longtemps qu'un coronavirus peut tuer 90 % au moins des porcelets. Le fait que les chats et les chiens soient infectés par un coronavirus susceptible de provoquer également la maladie chez les cochons est bien moins connu.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/6FlOwmj/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.