Julian Assange: Fraude à l'état de droit

MADRID – Les vives réactions entourant l’octroi de l’asile politique par l’Équateur au fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, ont masqué d’énormes incohérences. Ce n’est qu’en les examinant que nous pouvons comprendre quels sont les véritables enjeux dans cette affaire.

Pour commencer, un gouvernement dont la réputation en matière de liberté est douteuse en général, et en matière de liberté de la presse en particulier, brandit l’étendard de l’État de droit et de respect de la liberté d’expression et jette des doutes sur la Suède, un pays qui occupe la première place mondiale pour son respect de la régularité des procédures et du droit international.

Ce n’est pas tout. Baltasar Garzón, qui dirige l’équipe de défense d’Assange, a été un défenseur fervent de l’interprétation la plus étroite qui soit de l’asile politique. Il bénéficie d’une notoriété internationale depuis la procédure d'extradition qu’il avait lancée à l’encontre de l'ancien dictateur chilien Augusto Pinochet. Mais aujourd’hui, il défend une position diamétralement opposée.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/k7E4MD4/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.